Derniers sujets
» H Lourd VS H Light
par Fred Hier à 7:36

» INVITATION POUR UNE BATTUE AU FLECKENSTEIN CHEZ MICHEL GASHI
par jean marc negro Mar 12 Déc 2017 - 20:46

» Le raton laveur
par jean marc negro Mar 12 Déc 2017 - 19:36

» Essai compound milieu de gamme
par jean-roch Dim 10 Déc 2017 - 19:04

» Repas de Noël AHRCA - 1er décembre 2017 à Osenbuhr
par jean-roch Sam 9 Déc 2017 - 15:43

» Test Mathews Triax 2018
par jean-roch Sam 9 Déc 2017 - 15:12

» Battue à l'arc le 3 décembre - Steinbrunn-Le-Bas
par Julien Jeu 7 Déc 2017 - 9:05

» VENDS MIXTE CHAPUIS
par jean marc negro Mar 5 Déc 2017 - 22:13

» Vends Matthews Helim
par jean marc negro Mar 5 Déc 2017 - 21:58

» Mot en allemand ou alsacien avec leur traduction
par Goerig Bernard Lun 27 Nov 2017 - 15:43

» Nouvelle lame Aboyer Whitetail II est arrivée
par Waldmensch Lun 20 Nov 2017 - 11:25

» Calendrier 2018 du Rameau d'Argent
par jean-roch Sam 11 Nov 2017 - 18:28

» INVITATION BATTUE ARC
par Maxime.E Mer 18 Oct 2017 - 17:48

» Calendrier 2018: Entrainements, Assemblée Générale et Sorties
par Maxime.E Mar 17 Oct 2017 - 6:25

» Entrainement du 24 septembre 2017
par Didier M. Lun 25 Sep 2017 - 18:19

Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 59 le Dim 22 Juin 2014 - 16:51
Les posteurs les plus actifs du mois
jean-roch
 
jean marc negro
 
Fred
 
Landre Nicolas
 
Julien
 
Didier M.
 
pascal.S
 


Sanglier

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Sanglier

Message par Pascal le Mer 11 Fév 2009 - 20:57

La structure sociale du sanglier est de type matriarcal.Les sangliers vivent en troupes composées d'une femelle adulte et des jeunes issus des deux portées précédentes.Plusieurs troupes peuvent se réunir pendant des périodes plus ou moins longues.Les laies se regroupent à deux ou trois et vivent en compagnies avec leurs jeunes.Les mâles quittent les compagnies vers l'age de 1 an pour devenir progressivement solitaires, généralement vers 18 mois.Les populations occupent de préférence des zones de boisements et de couvert arbustifs continus ou épars.Les limites du périmètre correspondent généralement a des barrières naturelles ou artificielles,telles que la fin du boisement,du maquis ou de la lande,mais aussi une crête ,une rivière,une voie de circulation.Le sanglier est peu exigeant,cet opportuniste a surtout un comportement de colonisateur.Quelques moyens simples permettent de fixer et de développer une population abondante et de qualité sur votre territoire.Sur un plan pratique,vous devez respecter quatre règles: une alimentation d'appoint judicieusement distribuée (emplacement et quantités), de la tranquillité, de l'eau,des prélèvements raisonnés dans la courbe des ages et le sex-ratio.Sur ces quatres points,insistons plus particulierement sur l)importance du nombre de point d'eau disponibles et de la qualité de l'entretiens des souilles.
avatar
Pascal
Admin
Admin

Masculin
Nombre de messages : 951
Age : 51
Localisation : Rixheim
Date d'inscription : 07/02/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sanglier

Message par Pascal le Ven 20 Fév 2009 - 12:37

Étymologie
À l'origine, le mot sanglier vient du latin singularis, ce qui veut dire « singulier » : « unique, isolé, solitaire », parce que le sanglier ne vit en groupe que dans ses deux premières années.
Description


Squelette Sanglier Sauvage



Crâne du sanglier



Aucune confusion n'est possible avec une autre espèce. L'avant-train est puissant, le cou massif. La tête (hure) a une forme globalement conique. Les flancs sont comprimés. Le pelage est constitué de longs jarres très rêches (les soies) ainsi que d'un épais duvet.
Les adultes sont de couleur gris-brun uniforme, mais les plus jeunes sont roux avec des bandes noires horizontales. Les oreilles triangulaires sont toujours dressées. Les canines sont particulièrement développées. Celles de la mâchoire supérieure, les grès, se recourbent vers le haut durant la croissance. La taille des mâles est plus importante que celle des femelles. En outre, toutes choses égales par ailleurs, les sujets présents dans le sud de l'Europe sont plus petits que ceux du nord et de l'est.

Caractéristiques


  • Statut : commun
  • Vie sociale : en groupe les deux premières années
  • Longueur : de 90 à 180 cm
  • Queue : 30 cm
  • Hauteur au garrot : 55 à 110 cm
  • Poids : 50 à 150 kg
  • Maturité sexuelle : 8 à 10 mois
  • Période de reproduction : pas de période précise
  • Durée de gestation : de 100 à 140 jours
  • Portée : 1 à 12, (généralement 1 à 4)
  • Régime alimentaire : Glands (fruit) faînes, châtaignes, pousses, racines, larves, champignons, petits rongeurs, charognes (à l'occasion)
  • Longévité : 15 ans
  • Vitesse : 45 km/h


Génétique


Le cochon domestique possède 38 chromosomes. Le sanglier n'en détient que 36, suite à une fusion ancestrale. Leur descendance commune est fertile. Les hybrides de première génération possèdent 37 chromosomes. Ensuite ils peuvent avoir 36, 37 ou 38 chromosomes. L'hybridation est fréquente dans les régions d'élevage de cochons en plein air ou bien lorsque la population sauvage a été reconstituée par des femelles de cochons domestiques saillies par un sanglier mâle. Le sanglier corse est génétiquement très proche du cochon domestique.
Le sanglier a été introduit par l'Homme hors de son aire naturelle de répartition, dont en Amérique du Nord où il a parfois été croisé avec diverses souches de cochons. Ceci complexifie encore sa génétique, mais aussi sa dénomination commerciale légale. En Amérique du Nord, où il n'existe normalement pas dans la nature, certaines étiquettes commerciales qualifient sa viande de « sanglier sauvage », alors qu'il est élevé, et introduit.

Habitat

Le sanglier affectionne particulièrement les zones arborées disposant de points d'eau. Cependant il est relativement ubiquiste et on peut le rencontrer dans de nombreux autres types de milieux. Les landes sont par exemple des milieux très favorables pourvu qu'une strate arbustive même discontinue approche un mètre de haut. Il évite simplement les grandes zones trop à découvert.
Il est présent dans de nombreuses régions d'Europe (une partie du Danemark, des Pays-Bas, d'Italie, d'ex-Yougoslavie...) et d'Asie, ainsi qu'en Afrique du Nord. Il a disparu des Îles Britanniques.


Dernière édition par Pascal le Ven 20 Fév 2009 - 17:24, édité 1 fois
avatar
Pascal
Admin
Admin

Masculin
Nombre de messages : 951
Age : 51
Localisation : Rixheim
Date d'inscription : 07/02/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sanglier

Message par Pascal le Ven 20 Fév 2009 - 12:39

avatar
Pascal
Admin
Admin

Masculin
Nombre de messages : 951
Age : 51
Localisation : Rixheim
Date d'inscription : 07/02/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sanglier

Message par Pascal le Ven 20 Fév 2009 - 12:40

Les sens .

L’odorat est le plus développé. L’ouïe est très bonne mais souvent perturbée par le propre bruit des animaux de la compagnie. La vue est assez médiocre, mais la perception du mouvement est parfaite.

L’appellation des différentes parties anatomiques du sanglier .

Les oreilles sont les écoutes

Les yeux sont les mirettes avec une pupille ronde. Seuls les cervidés ont une pupille transversale en amande.

La queue s’appelle la vrille. Elle mesure +/- 30 cms de long, toupet compris. Celui-ci apparaît après une bonne année et avoisine les 15 cms à deux ans.

La tête porte le nom de hure.

Les mamelles sont des allaites, parfois aussi nommées les tétines. Elles sont, en général, au nombre de 10 = 5 paires.

Les testicules sont des suites. Ils se situent juste sous l’anus. Leur poids peut atteindre 500 grammes pièce et évolue avec l’âge et le poids vif de l’animal.

Les poils sont les soies du sanglier.

Le pénis dans son fourreau porte le nom de pinceau pénien.

Le museau s’appelle le groin mais encore le boutoir. Très solide pour fouiller le sol, il est terminé par un petit os carré, d’où son nom d’ «os carré » parfois aussi appelé « os du boutoir ».

Les vibrisses sont les longs poils sensoriels et tactiles du boutoir et de la lèvre supérieure.

Les moustaches du sanglier signifient le blanc des défenses du sanglier.

L’armure représente le cuir épais de la peau qui recouvre les épaules et l’avant de la cage thoracique des sangliers. Elle protège celui-ci des blessures qu’ils s’infligent lors des violents combats entre individus. L’armure peut atteindre 3 cms d’épaisseur ! Plus le sanglier vieillit, plus l’armure se développe, non seulement en épaisseur, mais aussi vers l’arrière du thorax. Les laies possèdent aussi une armure même si celle-ci est moins développée que chez les verrats.

La crinière est la bande des grandes soies sur le haut du dos. Elle se développe après 3 ans. Ce sont des poils érectiles, dressés en cas de colère, de peur, de douleur ou pendant le rut.
Les indices de présence .

La souille est la baignoire du sanglier. Cuvette humide, plus ou moins remplie d’eau, elle est fréquentée quotidiennement par les sangliers. Les sangliers ne possèdent pas de glandes sudoripares. Ils ne peuvent donc pas transpirer. Or, la thermorégulation corporelle des homéothermes est vitale ! Pour réguler leur température corporelle, ils sont donc obligés de se plonger régulièrement dans l’eau d’une souille et de s’y vautrer. On dit qu’ils se souillent. Ces bains de boue leur permettent aussi de se débarrasser en partie de leurs parasites cutanés.

Les marcassins, peu protégés contre le froid et l’humidité ne se souillent pas. Ils ne se vautrent pas.

Pour créer une souille dans un territoire à sanglier, il peut être intéressant de détourner un petit ru, créer des fossés de drainage et les détourner un peu, tout en respectant la loi sur la protection des zones humides.

Du goudron de Norvège et/ou du créosote ( goudron de hêtre )sur le tronc des arbres avoisinants favorise l’attrait des souilles ainsi aménagées. Le goudron de Norvège est badigeonné sur les conifères à raison d’un kilo par arbre entre 50 cms et un mètre de hauteur sur le tronc.

Du crude d’ammoniac pourra être déposé près des souilles ainsi créées à raison de 50 à 100 kilos par endroit retenu. Son effet attractif n’est plus à démontrer non plus !

Après s’être baigné, on s’essuie. Le sanglier fait de même après s’être souillé ! Pour ce faire, il se frotte au tronc des arbres avoisinants. L’arbre sur lequel le sanglier se frotte est appelé : frottoir. Le sanglier aime se frotter aux mêmes arbres et apprécie pour cela les grands résineux. Les croûtes de boue séchée laissées sur l’écorce des frottoirs s’appellent des houzures. La hauteur que peuvent atteindre ces houzures renseigne le gestionnaire de chasse sur le gabarit de l’animal qui s’y est frotté.

Après le bain, on va dormir. Le sanglier dort dans une bauge ( pour le cerf, on parle de reposée et pour le chevreuil de couchette ). La bauge est une petite cuvette creusée dans le sol, souvent dans un endroit difficile d’accès, couvert, abrité du vent et sec. Le sanglier se ménage toutefois une issue par laquelle la fuite pourra être rapide et aisée. Le bon gestionnaire de chasse conservera les houppiers abattus et les rassemblera pour créer des endroits propices à se bauger.

Il va sans dire que les gros massifs de ronciers sont appréciés par les sangliers et jouent un rôle important dans l’établissement des sangliers dans un massif forestier, tant ils aiment s’y bauger. La quiétude, toutefois, joue aussi un rôle primordial dans le phénomène de cantonnement du sanglier dans une région déterminée.

Les laissées du sanglier ( les moquettes du chevreuil et les fumées du cerf ) sont aussi des traces de présence très importantes. Ce sont les défécations du sanglier. Souvent à proximité directe des bauges, ce sont des boudins cylindriques de +/- 4 à 6 cms de diamètre et d’une dizaine de centimètres de long. Les laissées du sanglier sont noires et semblent formées de plusieurs éléments agglomérés. N’allez-vous pas souvent à la toilette juste après vous être levé ? Le sanglier fait de même. Au printemps, ces laissées sont appelées des bousards. Les excréments sont alors plus mous, puisque les végétaux commencent à pousser fortement et deviennent plus riches en azote et en sève. Le sanglier consomme à ce moment assez bien de végétaux, ce qui rend ses déjections très molles en général.

Après la toilette, le petit déjeuner…. Et bien NON…car cette fois, le sanglier ne s’alimente guère le jour. Pour lui, le jour est fait pour se reposer. En effet, c’est au petit matin que notre sanglier, qui s’est alimenté une grande partie de la nuit, regagne sa bauge pour y dormir toute la journée s’il n’est pas dérangé !

Il s’alimente donc surtout la nuit. Pour rechercher sa nourriture, il va faire des boutis en fouillant le sol à une profondeur de 20 à 30 cms et parfois plus, à la recherche de racines, de taupes, d’insectes ou de mulots.

Les boutis profonds peuvent parfois endommager le matériel agricole si le fermier n’est pas attentif !

Plus en surface, à quelques centimètres, il fait des vermillis, à la recherche de vers de terre et d’insectes.

( le sanglier, mais aussi le blaireau et la bécasse vermillent. )

Contrairement aux idées préconçues, la nuit, pour se nourrir, il ne se déplace guère plus de quelques kilomètres (10 et moins ) même pour les mâles, sauf si le dérangement est important ou la nourriture non disponible ! Alors, il peut parcourir des distances de plus de 30 à 40 kms.

En aucun cas, le sanglier n’est migrateur ! Si les mâles adultes sont plus mobiles que les femelles, surtout en période de rut, les laies et leur progéniture des deux dernières années sont carrément sédentaires si la nourriture est présente et la quiétude règne sur le domaine vital de la compagnie.

Quand il se déplace, il laisse au sol des empreintes caractéristiques, les traces ou volcelets. Suivre la voie dans les coulées qu’il emprunte régulièrement est facile. N’empruntez-vous pas souvent le même chemin pour vous rendre au resto ou au boulot ou encore…chez votre maîtresse ?

Ah oui, j’oubliais, marcassin, je suis né dans un chaudron, nid douillet fait de feuilles, d’herbes séchées, de branchages et de terre. Le chaudron est presque clos et il y fait très chaud, plus de 30 °. Il est vrai que, quand je suis né, j’avais à peine 700 grammes, à peine 25 centimètres de long mais j’étais déjà bien dégourdi
avatar
Pascal
Admin
Admin

Masculin
Nombre de messages : 951
Age : 51
Localisation : Rixheim
Date d'inscription : 07/02/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sanglier

Message par Pascal le Ven 20 Fév 2009 - 12:41

La reconnaissance des sexes chez le sanglier.

Dans la nature, la reconnaissance des sexes n’est pas très aisée jusqu’à peu près deux ans, âge où le développement corporel des mâles et des femelles va commencer à se différencier. Le dimorphisme sexuel se marque alors de plus en plus, mais pour le néophyte, la question reste toutefois délicate.

Chez les mâles.

Le pinceau pénien devient plus visible, surtout en poil d ‘été. N’oubliez pas que les laies ont parfois l’hiver une belle petite touffe de poils sur le ventre qui laisserait penser qu’on a affaire à un verrat !

Vers trois ans, la crinière s’est bien développée chez nos mâles, l’armure se développe de plus en plus et la masse corporelle se situe vers l’avant. Les suites peuvent être bien visibles sous l’anus, surtout en période de rut.

De 60 grammes avant la puberté, elles ont +/- 130 grammes à l’âge d’un an, 170 grammes à deux ans puis atteignent 400 à 500 grammes pièce chez nos grands sangliers. Leur volume augmente fortement lors du rut.

La hure du verrat est plus courte et plus carrée que celle des laies, apophyse zygomatique oblige ! Le boutoir est plus large et bien carré.

Chez le mâle bien armé, les lèvres supérieures sont retroussées par les défenses et on voit « du blanc », les moustaches du sanglier.

Les femelles.

Une laie suitée est facile à reconnaître, d’autant qu’une laie en lactation voit ses allaites bien pendantes et fort apparentes. Cette lactation oblige les laies allaitantes à muer plus tard au printemps.

La hure, plus allongée et plus fine que chez les mâles est assez facilement repérable.
La denture et tout ce qu’il convient d’en savoir .

Chez les mâles.

les canines inférieures s’appellent les défenses.

les canines supérieures s’appellent les grès.
Chez les femelles,

On les appelle les crochets. Ils sont plus petits que les défenses et les grès. Ce sont aussi les canines de l’animal.

Un sanglier est dit « armé » quand il possède des défenses visibles de l’extérieur, les lèvres retroussées par celles-ci. On dit voir « du blanc ». Ce sont les moustaches du sanglier.

La croissance des canines est continue et à développement progressif extérieur aux gencives. Les défenses s’usent sur les grès à la manière d’une lame sur une pierre à polir, au fur et à mesure de la mastication. Les incisives inférieures ont une position fortement inclinée vers l’avant. Les couronnes des molaires sont basses (brachyodontie) et portent à la surface triturante des tubercules coniques. (bunodontie)

Le sanglier sera dit miré si la défense dépasse l’extrémité du grès. La défense se courbe progressivement vers l’œil, blesse la joue du sanglier et le gêne de plus en plus pour s’alimenter.

La dentition complète comprend 44 dents.

Elle sera complète et à table à 36 mois = 3 ans.
Détermination de l’âge des sangliers par la denture .

Comme dans toutes les espèces, l’estimation de l’âge d’un animal par le poids du cristallin n’est significative que jusque deux ans. Au delà de ces deux ans, la méthode n’a plus guère d’intérêt.

Nous avons déjà insisté sur le fait que, chez le sanglier, il n’y a pas de relation nette entre l’âge et le poids des animaux…surtout avec les nourrissages généralement réalisés.

La dentition reste donc le seul critère valable pour déterminer de façon assez précise l’âge de nos animaux tués à la chasse.

Une particularité de la mâchoire du sanglier par rapport au cervidés : 4 prémolaires au lieu de 3. 6 incisives aux deux mâchoires alors que pour nos ruminants, on en trouve 8 à la mâchoire inférieure, mais aucune à la mâchoire supérieure. La canine inférieure a, en fait, migré vers l’avant avec l’évolution pour rejoindre les incisives inférieures. Toutes les incisives supérieures ont disparu pour laisser place à un bourrelet gingival à la mâchoire supérieure pour une meilleure préhension des végétaux !

Comme dans toutes les espèces, la 3 ème molaire est trilobée.

La première prémolaire du sanglier est inconstante. Elle peut, en effet, être absente de la mâchoire d’un individu donné. Si elle est présente, elle se trouve en fait à mi-distance entre la canine et la 2 ème prémolaire. Les prémolaires apparaissent en premier lieu sous forme de dents de lait, seront progressivement remplacées par des prémolaires définitives, avec une quatrième prémolaire de lait trilobée qui laissera la place à une quatrième prémolaire définitive bilobée. Si la première prémolaire est présente sur la mâchoire, elle ne sera, elle, jamais remplacée par une première prémolaire définitive ! Bizarrerie de la nature. Cette prémolaire apparaît vers l’âge de 5 à 6 mois et est d’emblée définitive.

Comme dans les autres espèces, les molaires ne sont, elles, pas précédées de dents de lait et leur apparition sera déterminante pour évaluer l’âge de notre sanglier jusque trois ans.

Pour la compréhension de l’exposé, nous n’allons pas tenir compte de la 1 ère prémolaire et parlerons uniquement du groupement de p2-p3-p4 et M1-M2-M3.

C’est très simple et facile à retenir !

Je nais marcassin avec des canines de lait et une troisième incise de lait, la « coin », celle le plus à l’extérieur. Mes prémolaires de lait, la 2 ème, 3 ème et 4 ème, apparaissent entre 2 et 4 mois ainsi que mes 1ères et 2èmes incisives de lait ( la pince et la mitoyenne) . A 4 mois, je suis toujours marcassin, mais ma robe perd sa livrée rayée.

Ma mâchoire inférieure comprend alors un groupe de trois prémolaires soit
I(lait)----C(lait)------p2-p3-p4.(lait = trilobée)


Au moment où je deviens une bête rousse vers 6 mois, ma première molaire définitive apparaît, donc ma mâchoire inférieure présente maintenant un groupe de 4 dents soit
I(lait)----C(lait)------p2-p3-p4(trilobée) + M1


Ma 3 ème incisive de lait ( la coin), que j’avais en naissant, est remplacée par une incisive adulte à 7 mois.

Mes canines de lait tombent et sont remplacées par des canines adultes à pousse continue, les crochets pour les femelles, les défenses et les grès pour les mâles, vers l’âge de 8 mois.

Quand je deviens une bête de compagnie, vers 12 mois, ma deuxième molaire définitive fait irruption. Ma mâchoire inférieure présente alors un groupement de 5 dents soit
I------C-------p2-p3-p4(trilobée) +M1+M2 .


Pour les puristes, ma première incisive, la pince est devenue une incisive d’adulte vers 12 à 14 mois.

A 18 mois, ma quatrième prémolaire de lait trilobée est remplacée par une prémolaire définitive BILOBEE.

Donc, à 18 mois, ma mâchoire inférieure montre aussi un groupe de 5 dents, mais cette fois comme suit
I------C-------p2-p3-p4(bilobée) +M1+M2.


Pour les puristes toujours, mes prémolaires de lait p2-p3 usées, sont aussi remplacées entre 14 et 18 mois, mais peu importe ! Ma 2 ème incisive, la mitoyenne sera une incisive d’adulte vers 21 à 22 mois.

Quand je deviens un ragot ou une laie ragote, à 24 mois, ma troisième molaire apparaît.

Ma mâchoire comprend cette fois un groupe de 6 dents soit
I------C------p2-p3-p4(bilobée) + M1+M2+M3(trilobée)
Il faudra du temps pour que cette troisième molaire trilobée arrive à table, c’est-à-dire au même niveau que mes autres dents. Presqu’un an sera nécessaire pour cela. Je serai un tiers an à 36 mois et ma mâchoire inférieure comprend alors un groupement de 6 dents, toutes au même niveau. Ma denture est complète avec 44 dents.
avatar
Pascal
Admin
Admin

Masculin
Nombre de messages : 951
Age : 51
Localisation : Rixheim
Date d'inscription : 07/02/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sanglier

Message par Pascal le Ven 20 Fév 2009 - 12:41

Evaluation de l'age des mâles par observation des défenses.En résumé, retenez que :


lorsque je suis marcassin avant mes 6 mois, j’ai un groupe de trois dents au niveau des prémolaires.

  • à 6 mois, je deviens une bête rousse. J’ai un groupe de 4 dents au niveau des prémolaires et molaires.
  • lorsque je deviens une bête de compagnie, à 1 an, j’ai 5 dents.
  • ragot ou ragote, à deux ans, un groupe de 6 dents a fait son apparition.
  • à trois ans, toutes mes dents sont arrivées à table, c’est-à-dire au même niveau…ma dentition est complète.


Facile donc de déterminer l’âge d’un sanglier jusque trois ans….mais après ?

L’usure de mes dents sera le critère de détermination de mon âge, mais, cette fois, la précision va manquer et il faudra faire des coupes dans le cément d’une de mes dents au laboratoire, pour déterminer mon âge avec exactitude.

Si je suis un verrat, vous pourrez aussi vous baser sur mes défenses .

Les canines définitives sont apparues vers 7-8 mois en remplacement des canines de lait. Elles sont à pousse continue. Les canines inférieures, les défenses, poussent vers le haut et l’extérieur des gencives en s’incurvant vers l’arrière. Elles s’usent progressivement sur les grès. Affûtées par la mastication, les défenses deviennent rapidement des armes très efficaces et dissuasives, mais aussi, pour le sanglier, des outils précieux pour percer, trancher et tailler dans la végétation ou les fruits forestiers….

Or, l’usure des défenses est moins rapide que leur croissance. Ce phénomène sera utilisé pour estimer approximativement l’âge du verrat après trois ans même si la génétique peut influencer le critère. En effet, certaines lignées seront bien armées, alors que d’autres, à âge égal, le seront moins !

La longueur des défenses (1/3 dehors pour 2/3 dans la mâchoire ) sera bien sûr un premier critère d’âge.

En règle générale, les défenses sont apparentes hors des lèvres dès la 2 ème année.

A 2 ans 1/2 , elles ont la même longueur que les grès. A 3 1/2 ans, elles ont en moyenne 2 centimètres de plus que les grès. La longueur totale des défenses pourra atteindre plus de 20 cms pour une largueur de 25 mm et plus.

Le deuxième critère important pris en considération est la mesure de la longueur de la table d’usure ou table d’affûtage de la défense. Impossible bien sûr en cas d’anomalie comme chez le sanglier miré .

On peut considérer que le sanglier a autant d’années que de centimètres de table d’usure . Un exemple : une table d’affûtage de 7 à 8 cms correspondrait à un sanglier de 7 voire 8 ans !

Enfin, c’est surtout le rapport entre le diamètre de la base DB de la défense enchassée dans l’os de la mâchoire et le diamètre de cette même défense à la table d’usure DT qui nous renseignera le mieux sur l’âge de notre grand vieux sanglier.


Un rapport DB/DT de 1.8 correspond à un jeune animal de 1 an environ.

Un rapport DB/DT de 1.2 correspond à un jeune animal de 4 an environ.

Un rapport DB/DT de 1.0 correspond à un jeune animal de 8 an environ.

Donc, moins la conicité est importante sur la dent et plus l’animal est âgé ! ! ! ! ! !

En résumé, une différence de 5 millimètres et plus entre les deux diamètres correspond à un jeune verrat,

Deux à trois millimètres correspondent à un quartannier. Notre vieux sanglier a des défenses dont le diamètre est quasi identique aux deux mesures !
Les organes du sanglier….un peu d’anatomie.

Retenez surtout la position spéciale de la colonne vertébrale, à concavité très prononcée vers le bas au niveau de l’épaule. Les balles d’apophyse ne sont pas rares et laissent souvent un arrière-goût d’amertume quand le sanglier, après s’être effondré, se relève et part au triple galop !

La vie sociale et l’utilisation de l’espace .

Le sanglier est une espèce grégaire par définition. Ils vivent en groupe .

La structure sociale de base est matriarcale . Elle se compose de la laie adulte et de ses jeunes des deux dernières portées. Ceux-ci sont des marcassins ou des bêtes rousses que viennent rejoindre les jeunes de l’année précédente, les bêtes de compagnie.

A ce groupe familial classique qui forme déjà à lui seul une compagnie, base de l’organisation sociale des sangliers, viennent parfois s’ajouter des laies sans progéniture ou d’autres groupes familiaux classiques. Ensemble, ils forment une bande de sangliers.

La bande est menée par une laie adulte ayant progéniture. C’est la laie meneuse ou laie de tête.

Deux laies de force et de caractère égal ne cohabitent jamais ensemble dans la même bande. Chacune formera sa propre compagnie.

Ne pas confondre avec le terme laie suitée, un autre groupement qu’on pourra rencontrer à la chasse. Cette fois, il s’agit d’une laie adulte accompagnée uniquement de sa progéniture de la dernière portée, marcassins ou déjà jeunes bêtes rousses.

Un autre type de groupement qu’on pourra rencontrer à la chasse est le petit groupe de bêtes rousses, jamais bien loin de la laie qui s’est isolée pour mettre bas. Ces bêtes rousses ne réintègrent la cellule familiale que 4 mois plus tard, la laie ne leur autorisant pas l’accès au groupe avant que ses jeunes marcassins ne soient sevrés. Ces bêtes rousses deviennent alors de jeunes bêtes de compagnie.

Des petits groupes de mâles vont se former à l’approche des mise-bas. Ces mâles ont approximativement 2 ans. Encore une fois, la laie s’est isolée pour mettre au monde ses petits marcassins. Les bêtes rousses se sont éloignées. Les bêtes de compagnie vont, cette fois, quitter définitivement la cellule familiale. Ce sera surtout vrai pour les mâles. Ils deviennent des ragots et se rassemblent en petits groupes. Les laies ragotes, elles, pubères, sont fécondées par un verrat. Elles s’isolent pour la mise-bas. Après un bon mois, elles se regroupent ensemble, souvent avec leurs propres sœurs et leur mère pour élever les marcassins.

Parfois, les mâles séparés du groupe familial éprouvent de la nostalgie et réintègrent la famille pour quelques mois.

Enfin, les mâles adultes, âgés de 4 ou 5 ans, vivent en solitaire, parfois accompagnés d’un plus jeune mâle de 2 à 3 ans, le page. (pour le cerf, ce chevalier servant s’appelle un écuyer )
Le domaine vital du sanglier.

Le domaine vital des laies suitées se situe entre 500 et 2.000 hectares. Sur cet espace vital, les bauges et les souilles sont très régulièrement fréquentées par les mêmes individus, ainsi que les différents points de nourriture.

Les verrats adultes se déplacent plus volontiers, sans pour autant être nomades. Les déplacements seront surtout marqués l’hiver et lors du rut. Le domaine vital d’un mâle varie de 1.500 à 10.000 hectares.

On comprend, dès lors, que la gestion de l’espèce ne peut se concevoir que sur des territoires ou des massifs forestiers de plusieurs milliers d’hectares et non sur 100 ou 200 hectares.

Sans être un nomade, il peut parfois parcourir 30 à 40 kms en une nuit, surtout si disette et dérangement sont les mobiles de son errance.
L’habitat du sanglier .

Bien qu’il puisse vivre à peu près n’importe où, notre sanglier préfère les grands massifs forestiers des Ardennes et de l’Entre-Sambre et Meuse. Les grands massifs forestiers, peu fréquentés et où règne pour lui la quiétude, avec de nombreuses remises faites de fourrés épais de ronces et d’arbustes est le biotope idéal .

Il s’adapte aussi aux maquis, à la garrigue, ainsi qu’aux marais ou aux plaines de cultures parsemées de boqueteaux calmes et épais. Il n’aime pas les grandes forêts clairsemées.

Si le biotope, la quiétude et les ressources alimentaires sont indispensables sur un territoire pour tenir du sanglier, il faut encore y ajouter un élément vital : L’EAU.

Celle-ci est indispensable pour boire, mais surtout pour se souiller. Le sanglier est d’ailleurs un excellent nageur.

Le manque d’eau, un sol trop caillouteux, un gel trop intense et trop long empêchant le sanglier en quête de nourriture de fouiller le sol et de se souiller, seront les facteurs limitants majeurs à l’implantation du sanglier dans un territoire. En montagne, il ne dépasse guère la limite des arbres et n’aime pas les parois escarpées.
avatar
Pascal
Admin
Admin

Masculin
Nombre de messages : 951
Age : 51
Localisation : Rixheim
Date d'inscription : 07/02/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sanglier

Message par Pascal le Ven 20 Fév 2009 - 12:42

L’alimentation du sanglier.

Le sanglier est le seul de nos grands gibiers à être omnivore. Son rythme journalier est biphasique :

La journée est faite de repos pour 60 % du temps dans une bauge bien abritée.

L’activité alimentaire a lieu la nuit essentiellement avec une répartition de +/- 15 % du temps consacré aux déplacements et 25 % à la prise alimentaire.

Opportuniste de nature, son régime est composé de +/- 10 % de protéines tirées de la matière animale en ingérant des insectes, des escargots, des petits rongeurs, des taupes, des grenouilles voire des lapereaux, mais aussi des cadavres d’animaux ou du poisson mort le long des cours d’eau. L’essentiel pourtant de ses ressources alimentaires en protéines est surtout couvert par une ingestion abondante de vers de terre ! ! !

Les 90 % restants de son régime alimentaire sont couverts par l’ingestion de végétaux de tous types…Il mange presque tout ce qu’il trouve sur le sol. Végétaux divers, mais surtout fruits forestiers, qui constituent son alimentation préférentielle avec les glands, les châtaignes, les faines du hêtre et les samares du frêne ou les baies telles les mûres, les framboises ou les myrtilles, seront l’essentiel de sa nourriture à une époque de l’année.

Si la glandée est bonne, les glands constituent jusqu’à 50 % de son alimentation en automne, ce qui réduit considérablement les dégâts aux récoltes cette année-là. A l’époque des champignons, il en mange aussi très volontiers.

Les besoins alimentaires journaliers d’un sanglier de 60 kgs sont de +/- 600 grammes de matière sèche végétale (0.6 Unités fourragères ) et 70 grammes de protéines brutes digestibles. Soit plus ou moins 3 kilos de végétaux pour 200 grammes de matière animale.

Le jeune marcassin mettra 15 jours avant de commencer à absorber autre chose que le lait maternel , même si le sevrage n’a lieu qu’à 4 mois.


Le sanglier apprécie les pierres à sel en forêt et leur présence favorise le cantonnement de l’espèce.

Les besoins en eau sont permanents comme nous l’avons déjà vu précédemment.

En matière d’agrainage, s’il permet de fixer les animaux sur un territoire pour un temps du moins, des règles strictes sont à respecter. Une place d’agrainage pour 250 à 300 hectares semble suffisante à une population normale de sangliers (5 à 6 bêtes noires aux 100 hectares). Du maïs grain sera distribué avec un maximum de 200 à 300 grammes par jour et par individu. Celui-ci doit être distribué sous forme de longues et larges traînées, les grains très dispersés, pour rendre la recherche difficile. Cela occupe les animaux et évite les compétitions entre compagnies !

Ayez toujours à l’esprit qu’une alimentation trop facile ne tient pas vos sangliers sur un territoire donné.

Bien plus, un excès de maïs grain va favoriser l’engraissement des laies et diminuer ainsi leur taux de fécondité. Un déséquilibre de la ration par excès d’apport de maïs et donc diminution d’apport en protéines favorise non seulement les dégâts de vermillis, mais augmente le cannibalisme des animaux à la recherche de ces mêmes protéines. Nonobstant ce problème, le maïs, pauvre en minéraux et en acides aminés, s ‘il est ingéré en excès…et on sait que les sangliers en sont friands, amène des carences alimentaires graves et toutes les maladies nutritionnelles qui y sont liées.

Il conviendra donc toujours d’accompagner l’apport de maïs avec d’autres aliments. La loi autorise les pois et l’orge.
Les dégâts de sanglier….une question qui peut coûter cher au gestionnaire de chasse !

Contrairement à certaines idées préconçues, le sanglier ne fait pas de dégât au milieu forestier. Au contraire, il joue un rôle positif dans l’équilibre forestier . Il laboure et aère le sol par ses boutis, favorisant ainsi la germination des diverses semences des essences forestières. La grande consommation des insectes, des larves et même des rongeurs participe à l’équilibre biologique du milieu forestier.

Les dégâts du sanglier peuvent malheureusement être très importants dans les cultures. Notons toutefois que certains sangliers ne font jamais de dégât aux cultures car ils ne sortent jamais de la forêt pour s’aventurer en plaine !


Les clôtures électriques sont très dissuasives, leur boutoir étant très sensible à l’électricité. 3 fils seront nécessaires à la construction d’une bonne protection pour les cultures.
Les dégâts sont de deux types.
Les dégâts alimentaires .

Essentiellement liés à la consommation des végétaux dans les cultures, notre sanglier peut faire des dégâts considérables dans les champs de maïs et de céréales, non seulement au printemps dans les semis, mais surtout de juin à août lorsque les carottes et les épis sont en « lait », c’est-à-dire en début de maturation..

60 % des dégâts provoqués par le sanglier concernent le maïs qui peut représenter jusqu’à 50 à 60 % de sa nourriture à un moment de l’année. 30 % vont aux céréales comme le blé ou l’avoine surtout…La responsabilité du sanglier dans les dégâts infligés à une culture est aisément reconnaissable car il aime mâchonner et égrainer ces carottes et ces épis, par rapport aux cervidés qui les sectionnent net.

Les fruits comme le raisin dans les vignobles et les plantes sarclées comme la pomme de terre et le topinambour représentent environ 4 % des dégâts.

Les vermillis et les boutis à la recherche de vers de terre dans les prairies font aussi partie des dégâts alimentaires du sanglier et représentent les 6% restants.

Les dégâts comportementaux . sont essentiellement liés au piétinement et au roulage dans les cultures.
avatar
Pascal
Admin
Admin

Masculin
Nombre de messages : 951
Age : 51
Localisation : Rixheim
Date d'inscription : 07/02/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sanglier

Message par Chris. le Ven 20 Fév 2009 - 13:01

Très beau travail de recherche mon grand, Félicitation....

_________________
Chris. Admin.
Visitez aussi le Blog de l'AHRCA http://ahrca.over-blog.com/
" Quand de la main l'initié montre la lune... l'imbécile regarde le doigt "
avatar
Chris.
Admin
Admin

Masculin
Nombre de messages : 690
Age : 51
Localisation : Steinbrunn le Haut
Date d'inscription : 05/02/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://ahrca.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sanglier

Message par Pascal le Ven 20 Fév 2009 - 14:55

APPELATIONS EN FONCTION DE L'AGE
- 0 à 6 mois : Marcassin (en livrée jusqu'à 2 ou 3 mois)
- 6 à 12 mois : Bête Rousse 25 à 45kg
-12 à 24 mois : Bête de Compagnie
- 2 à 3 ans : Ragot ou maie ragote
- 3 à 4 ans : Tiers an (mâle) et Laie (femelle)
- 4 à 5 ans : Quartannier (mâle) et Laie (femelle)
- Mâle Adulte : Solitaire
- à partir de 6 ans : vieux sanglier et vieille laie
- à partir de 7 ans : grand vieux sanglier et vieille laie
avatar
Pascal
Admin
Admin

Masculin
Nombre de messages : 951
Age : 51
Localisation : Rixheim
Date d'inscription : 07/02/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sanglier

Message par Pascal le Ven 20 Fév 2009 - 14:56

LEXIQUE DU SANGLIER
Vocabulaire du sanglier


Armé. On dit qu'un sanglier est bien armé quand il a de fortes défenses.
Armure. Peau épaisse et dure qui recouvre l'épaule et une partie de la cage thoracique du mâle.
Allaites. Mamelles elles sont au nombre de 10
Bauge. Endroit où le sanglier se couche. La bauge est en général située dans un fourré épais.
Bête. Bêtes de compagnie, sangliers d'un à deux ans vivant en compagnie.
Bêtes noires: sangliers.
Bêtes rousses: marcassins de six mois, qui ont perdu leurs livrées pour prendre la couleur rousse.

Boutis. Empreintes laissées par les boutoirs des sangliers qui cherchent leur nourriture dans la terre.
Boutoir. Extrémité du museau du sanglier.
Coiffer.Un sanglier est coiffé par les chiens lorsque ceux-ci le prennent par les écoutes.
Compagnie. Groupes familiaux de sangliers
Crinière. Bande de soie sur le haut du dos
Chaudron. Nid dans lequel la laie va mettre bas
Crochets. Canines inférieurs de la laie (Défenses pour les mâles)

Décantonner. Se dit d'un animal qui quitte son canton.
Découdre.Un chien est décousu par un sanglier lorsque celui-ci le blesse avec ses défenses tranchantes.
Défenses.Longues dents de la mâchoire inférieure du sanglier mâle.
Écoutes. Oreilles du sanglier.

Ferme (être au). Se dit d'un animal de chasse qui fait tête aux chiens.
Frottoirs. Troncs d'arbres sur lesquels les animaux de frottent aprés s'être souillés

Gardes.Les deux ergots que le sanglier a au-dessus du pied, en arrière de la jambe.
Grès. Les deux canines de la mâchoire supérieure des sangliers; ils servent à aiguiser les défenses, d'où leur nom.

Hure.Tête du sanglier.
Houzures. croûtes de boue laissées sur les frottoirs
Laie.Sanglier femelle.
Laissées. Excréments cylindriques de 4 à 6 cm de diamètre
Marcassin. Nom du jeune sanglier de 0 à 6 mois ( il perd sa livrée vers 3 ou 4 mois).
Miré (Sanglier). Sanglier aux défenses usées et dont les grès s'allongent en se recourbant.
Mirettes . Yeux.
Noires. V. bêtes noires.
Pied.Empreinte du pied du grand gibier sur le sol. La connaissance du pied est indispensable pour le veneur, qu'il s'agisse du cerf, du chevreuil, du sanglier, du renard.
Page. un jeune mâle accompagnant un solitaire
Pigache.Sanglier qui a une pince plus longue que l'autre.
Quartanier.Sanglier de quatre ans, en général à l'apogée de sa force et le mieux armé.
Queue. Vrille
Ragot. Sanglier de deux à trois ans.
Rides. Marques que l'on trouve sur les empreintes des sangliers âgés, entre le talon et les gardes.

Soies.Poils du sanglier.
Solitaire. Grand vieux sanglier, qui ne vit plus en compagnie.
Souille. Endroit où se vautre le sanglier pour favoriser sa régulation thermique (les suidés ne transpirent pas).
Suites.Testicules du sanglier.
Suitée.Accompagné. Laie suitée, laie avec ses petits.
Tiers An. Sanglier de trois ans.
Toupet.touffe de poils au bout de la queue
Trace.Particulièrement, empreinte du pied du sanglier. Plus généralement, marque laissée par
le passage de toute bête.

Trophée. Massacre des cervidés, défenses des sangliers.
Vautrait.Équipage spécialisé dans le courre du sanglier (30 chiens au minimum).

Velci aller!Se dit quand on voit un sanglier. (Pour le cerf, on dit : Vol ce l'est.)
Vermiller. Se dit du sanglier, quand il cherche sous terre les larves, les vers.
Vibrisses. Poils sensoriels du boutoir
Vlao! Vloo! ou Vlô!Cri poussé par les veneurs quand ils voient le sanglier par corps. (Pour le cerf, on crie : Taïaut!)
Voie. Trajet suivi par un animal. Ensemble d'empreintes et d'odeurs.

Vrille.Queue du sanglier.
avatar
Pascal
Admin
Admin

Masculin
Nombre de messages : 951
Age : 51
Localisation : Rixheim
Date d'inscription : 07/02/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sanglier

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum